shutterstock_1231673026_b

Mon reseau d’air comprime est-il efficace ?

23 août 2019 | Mon réseau d’air comprimé est-il efficace ? | Adrien Couzinier

Le rendement des installations d’air comprimé est très souvent médiocre et cela s’explique à cause entre autres des pertes liées au réseau. Il est courant de trouver des réseaux d’air comprimé avec 30% de fuites d’air, ce qui signifie que 30% de la consommation électrique du compresseur, parfois des centaines de milliers de kWh, est inutile.

Afin de réduire ses pertes, il est conseillé d’équiper ces machines avec des électrovannes qui vont se fermer lorsque la machine n’est pas utilisée. Il est aussi conseillé de couper le compresseur si le besoin en air comprimé est dans des horaires bien précis ou d’équiper le réseau, au plus près du compresseur, d’électrovanne pour fermer la partie du réseau inutilisée pendant certains horaires.

En complément pour ne pas avoir une pression trop élevée, il est recommandé de réduire au maximum les pertes de charge dans le réseau. Les pertes de charge sont causées par la distance entre les consommateurs et la production d’air comprimé, par les éléments de régulation, par les coudes, par le diamètre de la conduite, la rugosité du matériau, etc.

Si seuls quelques utilisateurs nécessitent une alimentation à haute pression, examinez s’il y a la possibilité de les regrouper sur un plus petit réseau d’air comprimé avec un compresseur dédié ou d’installer un petit surpresseur.

Un réseau d’air comprimé principal en « boucle fermée » permet de limiter les pertes de charge.

En effet, la configuration en boucle fermée permet de réduire de moitié les pertes de charge par rapport à une configuration en antenne. Si certaines portions du réseau sont peu utilisées alors il est préconisé d’isoler ces portions à l’aide de vannes afin de réduire le volume du réseau durant ces périodes d’inutilisation et donc de réduire les pertes.

Il est préconisé de réaliser régulièrement (1/2 ans selon le réseau) des campagnes de détection de fuites d’air comprimé et de préférence avec un détecteur à ultrasons pour être plus efficace. Une détection « à l’oreille » permet de détecter les fuites principales mais on ne détectera pas de plus petites fuites qui coûtent elles aussi chères. (Plus d’informations sur la détection de fuites se trouvent ici : https://www.peik.ch/blog/wie-finde-ich-leckagen-im-druckluftnetz-und-warum-sollte-ich-diese-beheben/ ). Après avoir détecté et réparé les fuites (raccords, joints, flexibles, purgeurs, soupapes, etc.), il sera peut-être possible de réduire la pression de consigne du/des compresseurs pour satisfaire le même besoin. On aura alors également un gain d’énergie au niveau de la consommation des compresseurs à volume d’air comprimé équivalent. (Plus d’informations sur l’abaissement de la pression du réseau se trouvent ici : https://www.peik.ch/blog/wie-optimiere-ich-den-druck-meiner-druckluftanlage-und-warum/ ).

En conclusion, l’air comprimé est une énergie très coûteuse à produire, avoir un réseau d’air comprimé bien conçu et bien entretenu est primordial afin d’avoir une bonne efficacité sur son installation.

La meilleure façon est de profiter d’un ingénieur expert PEIK.

Grace à un audit PEIK, un conseiller spécialisé dans le domaine de l’optimisation et l’efficience énergétique, vous aidera dans le diagnostic du circuit d’air comprimé et les corrections à apporter, réduisant ainsi le gaspillage et la facture énergétique.

Faites-vous conseiller

Rédacteur

Source

Photo: Shutterstock.com